Donald Trump Conférence de Presse
Donald Trump annonce la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi – image : capture écran @Fox News

Le Président américain Donald Trump vient d’annoncer dans une conférence de presse ce matin vers 9h20 heure de l’Est, que le chef de l’État Islamique (« Daech » dans les médias français), Abou Bakr al-Baghdadi, avait été tué dans un raid américain par les forces spéciales, dans la province d’Idlib au Nord-Ouest de la Syrie.

Plusieurs combattants djihadistes et enfants ont été tués durant l’opération militaire. Abou Bakr Al-Baghdadi s’est enfui dans un tunnel avec trois de ses enfants puis se sentant cerné, a fait explosé sa veste d’explosifs, faisant effondrer le tunnel. Lui et ses trois enfants sont décédés sur le coup. Trump a déclaré que des tests ADN avaient été effectués pour confirmer l’identité d’Al-Baghdadi.

Le président américain annonce avoir suivi l’opération en direct via les caméras vidéo embarquées des militaires américains et a déclaré que c’était comme dans un jeu vidéo.

Calife autoproclamé de l’EI à l’été 2014, Al-Baghdadi a formé un proto-État pendant 5 ans grâce à la destabilisation du Moyen-Orient, en particulier avec la guerre civile en Syrie et la guerre en Irak.

L’État Islamique est classée comme une organisation terroriste, militaire, politique d’idéologie djihadiste par de nombreux États et est accusé par les Nations unies, la Ligue arabe, les États-Unis et l’Union européenne d’être responsable de crimes de guerre et contre l’humanité, de nettoyage ethnique et de génocide. Il a également détruit des vestiges archéologiques millénaires dans les territoires qu’il contrôlait.

Avec la mort de son leader, l’occident porte un dur coup à l’organisation mais selon des experts cela ne signifie pas pour autant la fin de l’EI.

De son côté Moscou vient d’annoncer qu’il ne disposait pas d’informations suffisament fiables sur la mort d’Al-Baghdadi. Le Ministère russe de la Défense a démenti toute assistance aux forces aériennes américaines, selon RT.

La perte d’Al-Baghdadi pourrait avoir moins de conséquences sur la formation que n’en avait eu la mort d’Oussama Ben Laden sur Al-Qaïda.

De son vrai nom Ibrahim Awad al-Badri, le chef de l’État Islamique a vu le jour en 1971 dans une famille pauvre de la région de Bagdad en Irak. Passionné de foot, il ne réussit pas à devenir avocat ni militaire et il décide alors de se lancer dans des études en théologie.